C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

29 mai 2011

A Anduze le septième art s'affiche…

Quelle collection ! De Spartacus ou La grande évasion, en passant par La mort aux trousses d'Alfred Hitchcock, sans parler de Rocco et ses frères ou de la Merveilleuse Angélique, c'est plus de 330 grandes affiches originales du cinéma international qui sont rassemblées pour le fond cinématographique du futur Conservatoire Historique d'Anduze. 
Si la majorité des films représentés date des années 1950 à celles de 1960, le plus ancien répertorié est de 1936 avec Le roman de Margueritte Gautier du grand Georges Cukor avec Robert Taylor et la mythique… Greta Garbo ! Côté français c'est le film Les nouveaux riches d'André Berthomien, réalisé en 1938 avec Raimu et Michel Simon, qui tient la palme de l'ancienneté.
Le plus émouvant est de savoir que tous ces grands tirages ont, en leur temps, orné le mur extérieur de la salle de projection anduzienne d'un fou de cinéma, Germain Restouble. Figure d'Anduze pendant plusieurs décennies et disparue il y a quelques années à plus de 90 ans, je reparlerai un jour plus longuement de cette personnalité atypique de la rue Neuve. Dans un premier temps, sortie des combles de la mairie, il fallait absolument trier, répertorier, photographier et enregistrer cette collection pour éviter qu'elle ne "se perde"… C'est chose faîte récemment grâce à la collaboration de Sandrine et Chantal, de la médiathèque. Dès que nous aurons trouvé une solution satisfaisante pour garantir l'exposition sans risque de cette production qui reste fragile, d'une grande valeur documentaire, celle-ci sera bien sûr proposée au regard du public. Tenez, en terminant un dernier exemple d'affiche présente dans ce que l'on peut vraiment appeler un ensemble "collector" : Un américain à Paris, de Vincente Minnelli avec Gene Kelly et Leslie Caron (1951)…

Aucun commentaire: