C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

2 janvier 2012

Rendez-vous salle… Marcel Pagnol !

S'il est un homme qui aurait particulièrement apprécié le nom de baptême de notre espace communal, c'est bien Raymond Castans.
Ce grand ami de Pagnol et de quelques autres, comme Sacha Guitry ou Jean Cocteau, consacra au cours de sa longue carrière plusieurs ouvrages à l'écrivain et réalisateur méridional. Tout en exerçant avec passion son métier de journaliste qui le conduira aux plus hautes fonctions dans les domaines de la presse écrite (il fut un des fondateurs de Paris-Match) et radiophonique (Directeur général de RTL), cet homme d'esprit écrira aussi pour le théâtre et le cinéma avec bonheur. Au grand écran son succès le plus retentissant fut sans aucun doute le scénario du film de Gilles Grangier "La cuisine au beurre", réunissant Bourvil et Fernandel – un autre grand ami –, en 1964. Dans le fond cinématographique de la municipalité nous avons la chance de posséder l'affiche originale de cette comédie.
Installé à Générargues, il dut s'amuser du clin d'œil du destin l'ayant situé à proximité de Ribaute-les-Tavernes, ville d'origine de la famille de Jacqueline Pagnol, comédienne et épouse de Marcel…
J'eus l'occasion de croiser quelquefois Raymond Castans avant sa mort, survenue en 2006 à l'âge de 86 ans, et j'ai le souvenir d'un homme affable au sourire enjôleur et au regard malicieux. Il venait au tabac-presse de la place de la République… Chaque dimanche et pendant de nombreuses années, il eut sa "chronique des quatre saisons" dans le Midi Libre où il put laisser libre cours à sa fantaisie. Quand il n'évoquait pas ses nombreux souvenirs personnels à travers bons mots et anecdotes savoureuses, le journaliste utilisait son talent de dialoguiste pour imaginer des conversations entre personnages inventés et hauts en couleur pour parler de l'actualité du moment. Sa plume, brillante et drôle, manque à beaucoup et n'a jamais été remplacée à ce jour.
Pour terminer ce billet, je propose que le vendredi 13 janvier 2012, à la cérémonie des vœux de la municipalité d'Anduze à la salle Marcel Pagnol, nous ayons tous une pensée émue pour nos amis de la Grand-Combe qui feront leur cérémonie des vœux le même soir, tout en inaugurant leur salle… Marcel Pagnol !

Excellente année à tous !

Aucun commentaire: