C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

23 février 2019

Le général anduzien méconnu de l'armée révolutionnaire… 1

Il y a quelques semaines je vous proposais « un général oublié de l’armée révolutionnaire », Alexis Chalbos, celui-ci ayant eu, sans être Anduzien, des attaches particulières avec notre cité… Eh bien vous allez découvrir un autre général oublié de l’armée révolutionnaire ! Mais cette fois-ci Anduzien…
 
J’ai découvert son existence dans un ouvrage qui fait partie des quelques trésors littéraires que possède la ville d’Anduze et qui sont d’une très grande valeur patrimoniale, historique et bien sûr culturelle. Celui qui nous intéresse aujourd’hui est entièrement manuscrit. D’environ cent quarante pages pour un format de dix-neuf par vingt-huit centimètres, il est daté de 1868 avec le titre principal « Le Vallon d’Anduze ». Selon une dédicace présente sur la première de couverture, l’auteur, dont nous ne connaissons que les initiales G.R., avait offert cet exemplaire unique à la bibliothèque municipale d’alors.
 
Le livre a deux parties distinctes : la première et la plus importante est consacrée à la description et aux réflexions de l’écrivain sur Anduze et ses environs sous la forme d’un immense poème composé de 202 strophes écrites dans une calligraphie très homogène. Il est vrai qu’à cette époque le Félibrige est à son apogée et s’exprimer en vers est une activité ludique dans l'air du temps ; la deuxième partie, m’intéressant plus particulièrement, regroupe des petites notices explicatives numérotées dépendantes des renvois présents dans son texte. Elles concernent le plus souvent des personnalités locales que l’auteur fréquentait. Parmi ces notes l’une d’elle est plus longue que les autres pour résumer l’étonnante carrière militaire d’un certain Jean Jacques Blanc, né à Anduze.
 
A l’instar de Chalbos, il s’engagea très jeune dans la cavalerie royale et gravit rapidement tous les échelons quand arriva la période révolutionnaire, pour finir, lui, général de brigade !… A priori les deux hommes ne se trouvèrent pas sur les mêmes champs de bataille mais peut-être se sont t-ils croisés. Mais revenons à cette note que nous a laissé G.R. dont le témoignage exceptionnel est d’autant plus précieux que celui-ci s’avérait être, d’après ses dires, le gendre du général…

« Né à Anduze le 27 septembre 1745, bel homme, très fort, malgré sa taille élancée et peu commune (1 mètre 84 centimètres), Mr Jean Jacques Blanc, général de brigade en herbe, à l’âge de 17 ans, poussé vers le métier des armes, s’enrôla volontairement, et avait atteint sa vingt-neuvième année de service, n’étant que maréchal-des-logis dans le Régiment du Roi, cavalerie, lorsque survint en France la grande époque de 1789. Alors commença, pour celui qui devait être un jour mon beau-père, une phase nouvelle dans la glorieuse carrière militaire.
« En peu de temps, il passa successivement un grade de Sous-lieutenant et de Lieutenant ; fut fait chevalier de St Louis sous l’Assemblée Constituante ; fit partie de l’Armée du Nord, et fut bientôt nommé Capitaine de Dragons, poste et arme qu’il affectionnait et dans lequel il croyait trouver son bâton de maréchal, mais poste que lui fit franchir, malgré lui, sous la Convention Nationale, un acte de bravoure dont je parlerai tout à l’heure.
« Il était dans la division du général Souham, au quartier général de Courtray, on demande des cavaliers de bonne volonté pour aller dégager, s’il se peut, une compagnie de chasseurs qui, s’aventurant un peu trop dans une patrouille, s’était vu barrer le passage par un escadron de hulans
(1), et s’était exposée à être mise en pièces ou être faite prisonnière ; il sort des rangs à cet appel, sa compagnie entière veut le suivre, il prend un chemin détourné, joint les chasseurs près d’être attaqués, prend le commandement des deux compagnies et, fondant au galop sur les hulans, il les force à prendre la fuite laissant trois cents des leurs morts ou blessés sur le champ de bataille, le chef d’escadron compris. (…)»
 
A suivre

(1) Le hulan était un lancier des armées slaves et allemandes.

10 février 2019

Othello à Anduze, variation pour trois acteurs…

Jeudi dernier, salle Marcel Pagnol et devant un très nombreux public, le Cratère d’Alès nous a proposé de démarrer l’année culturelle d’Anduze avec William Shakespeare. Le célèbre dramaturge anglais reste très populaire puisque ses œuvres continuent d’attirer les foules et inspirent encore aujourd’hui les écrivains de théâtre.
C’est le cas d’Olivier Saccomano, qui a décidé d’adapter la pièce Othello (écrite en 1604) pour en faire une variation pour trois acteurs résolument contemporaine, dans l’air du temps de notre actualité politique avec notamment un parallèle avec l’image de l’Etranger en Europe… Contemporaine aussi avec une forme théâtrale moderne et souple qui la rend accessible à tous types de lieux non destinés à ce genre de spectacle de prime abord : un atout supplémentaire non négligeable quand on travaille avec le Cratère Théâtre en décentralisation.
L’absence de décors et les costumes minimalistes ne pénalisent en rien la mise en scène de Nathalie Garraud : le choix d’avoir établi l’espace de jeu au milieu des spectateurs, installés soigneusement en cercle tout autour, participe d’une proximité avec celui-ci, les transformant ainsi eux-même en acteurs de la pièce. En fait, le succès de cette création tient dans le dynamisme et la grande qualité de jeu des jeunes comédiens. Ils sont simplement trois à incarner tous les personnages, passant d’un rôle à l’autre. Les deux jeunes femmes du groupe n’hésitent pas à endosser quand il le faut et avec talent les rôles masculins, les changements vestimentaires se faisant rapidement, à la vue des spectateurs, dans un ballet d’allers et venues savamment orchestré tout au long de la pièce.
 
Ce n’est pas un hasard si toute cette équipe nous a enchantés pendant environ une heure trente. De la création à l’interprétation elle fait partie du théâtre montpelliérain des 13 Vents, qui vient de prendre la direction du Centre Dramatique National de Montpellier…