C'est le passé et le présent qui se mélangent pour former la passionnante histoire culturelle de notre antique cité, tournée irrémédiablement vers l'avenir…
Ces "billets", pour amoureux d'Anduze, n'en sont que quelques modestes reflets.

7 janvier 2017

L’énigme du vieux canon d’Anduze…

Dans la salle du Conseil de la mairie on peut admirer depuis quelques semaines le vieux canon d’Anduze ! Entreposé depuis des lustres dans un coin des ateliers municipaux, nous avions décidé il y a plusieurs mois, sur le conseil judicieux de notre agent mécanicien Eric Roux, lui-même amateur éclairé d’armes anciennes, de le restaurer pour stopper une dégradation devenue inquiétante, notamment les grandes roues de son affût en bois. Ce beau vestige militaire, unique sur la commune et restant encore fragile malgré le travail efficace de rénovation, ne peut malheureusement pas rester dehors à demeure sans risquer une nouvelle et rapide détérioration.
 
A ce jour nous ne savons rien de l’histoire de cette pièce d’artillerie, certes rudimentaire, mais capable à son époque de faire un dégât considérable avec l’envoi de boulets ou de mitraille à courte portée. Quand et comment la municipalité l’a-t-elle récupérée ? Mystère. En nettoyant le canon, une date à peine lisible sur un des tourillons (excroissances cylindriques de chaque côté qui permettent de le poser sur l’affût) fut mise à jour : 1841. D’autres traces illisibles sont présentes au même endroit. Cette découverte a été une bonne surprise car elle m’a permis de faire la relation avec un document retrouvé récemment qui nous apprend qu’en 1846 Anduze abritait une compagnie du premier bataillon du quinzième régiment d’infanterie légère…
Ce régiment trouve son origine à la fin du dix-septième siècle mais eut plusieurs intitulés au cours de sa longue existence. Le quinzième prit naissance en 1803 pour devenir le quatre-vingt dixième régiment d’infanterie de ligne à partir de 1855 jusqu’en 1998 où il fut dissous.
Mais faisons un peu d’histoire pour retrouver la trace du numéro quinze alors qu'au moins une de ses compagnies occupa nos casernes anduziennes. Suite à la conquête de l’Algérie par la France en 1830, l’émir Abd el-Kader fédéra plusieurs tributs pour s’opposer aux Français. En 1839 il réussit à obtenir l’appui du sultan du Maroc pour déclarer la guerre à la France. Celle-ci finira par l’emporter à la célèbre bataille décisive d’Isly, à la frontière algéro-marocaine, le 14 août 1844. Notre régiment d’infanterie légère y participa. On le retrouve plus tard dans la province d’Oran en avril 1846. Affaibli par la défaite des Marocains et après quelques années de résistance, Abd el-Kader finit par se rendre en 1847. Il est donc fort probable que notre ville, équipée de casernes et sans doute avec d’autres localités dans le sud, ait servi de base arrière à une partie de l’armée française engagée sur le terrain nord-africain durant cette période. Est-ce que notre petit canon de campagne était au service de ce régiment ? Si oui, a-t-il fait le voyage africain ? Des questions dont nous n’avons pas les réponses aujourd’hui, mais qui sait, peut-être demain…

26 décembre 2016

Monsieur le curé d’Anduze et l’affaire du bâton volant…

Bataille de Trafalgar par Auguste Mayer (1805-1890)
Ce jour là, premier brumaire de l’an quatorze (23 octobre 1805), Jean Coulomb aîné, le juge de paix, se rend à son cabinet anduzien accompagné de son greffier Jacques Gache. Ayant assisté avec un certain nombre de représentants des cantons de France au sacre de Napoléon 1er quelques mois plus tôt à Paris, il ne sait pas encore qu’il y a deux jours l’Empereur a subi son premier grand revers militaire avec la défaite franco-espagnole à la célèbre bataille navale de Trafalgar. Le héros anglais, l’amiral Nelson, ne profitera pourtant jamais de cette victoire car touché par une balle mortelle ajustée par un tireur d’élite français. Si la destruction de la majorité de ses navires engagés lui interdira définitivement son projet d’envahir l’Angleterre, nous savons que l’Empereur se rattrapera quelques temps plus tard avec différents succès terrestres à travers toute l’Europe…
Mais revenons à l'actualité locale avec notre juge et officier de police judiciaire de la ville et du canton d’Anduze qui enregistra à dix heures du matin une plainte bien particulière… En voici le texte transcrit tel quel d’après l’original, avec sa ponctuation très procès-verbal !…

Est comparu Mr Roqueplane, curé de cette ville d’Anduze, lequel nous a requis de rédiger la plainte qu’il vient nous rendre des faits ci après détaillés, à quoi nous avons procédé d’après la déclaration du dit Mr Roqueplane, qui nous a dit que le jour d’hier sur les huit heures et demie du soir, en sortant de chez lui pour aller veiller chez Mr Dominique Benoist et après avoir tourné le coin de sa maison, on lui lança de dessus la place Saint-Etienne un gros bâton de chêne vert, qui avait servi de manche à une hache, et qu’heureusement n’en ayant pas été atteint il se porta sur le lieu d’où le coup était parti, qui y étant arrivé il rencontra un enfant de l’âge de quatorze ou quinze ans, a qui il demanda comment il s’appelait, et d’où il était. Cet enfant satisfit à sa demande, mais l’émotion ou il était lui a fait oublier sa réponse. Il lui demanda ensuite ce qu’il faisait là, et s’il n’avait pas vu quels étaient ces polissons qui lui avait lancé le bâton. Il lui avait répondu qu’il faisait son chemin, qu’il avait bien vu des hommes qui après avoir lancé le bâton dont il se plaignait, s’étaient enfuis avec précipitation mais qu’il ne les avait pas reconnus, que voyant qu’il ne pouvait découvrir quels étaient ces individus, il continua sa route et qu’il rencontra à quelques distances de là les nommés Nissaret marié avec la fille de Bourrely, et Parlery dit Xaron, tous deux garçons chapelier habitants de cette ville, lesquels voyant le plaignant alarmé l’invitèrent à se retirer et offrirent de lui faire compagnie. Ils descendirent en conséquence pour aller chercher le bâton, et ils rencontrèrent la femme Privat qui portait une lanterne allumée de laquelle ils se servirent pour le trouver, lequel dit bâton nous a été remis par le plaignant comme pièce à conviction. Il nous a encore dit que ce qui le déterminait à porter cette plainte c’est que dans le courant de l’hiver dernier, il lui fut à deux différentes reprises lancé des pierres en sortant de chez lui, par lesquelles il ne fut jamais atteint, et comme il craint que cela ne soit quelque ennemi qui lui en veuille il est venu nous en porter la plainte, et nous a déclaré vouloir en poursuivre les auteurs si jamais il parvient à les découvrir, affirmant tous les faits ci dessus rappellés vrais et sincères, et a signé Roqueplane curé d’Anduze. 

Nous juge de paix officier de police judiciaire sus dit avons donné acte au dit Mr Roqueplane de sa comparution, et désirant découvrir les auteurs du délit dont il se plaint, pour les faire poursuivre avec toute la rigueur des lois, avons mandé venir les nommés Nissaret et Parlery, pour savoir par eux-mêmes s’ils n’avaient pas connu les individus qui avaient lancé le bâton dont se plaint le dit Mr Roqueplane, et pour nous dire le nom de l’enfant qui avait été trouvé sur la place St Etienne. Les dits Nissaret et Parlery arrivés nous ont dit qu’ils ne se trouvaient pas là au moment où le bâton avait été lancé, qu’ils avaient rencontré Mr le curé se plaignant, qu’ils avaient offert de l’accompagner et qu’ils avaient ensemble cherché le bâton, qu’ils avaient trouvé à l’aide de la lanterne de la femme Privat, qu’ils avaient rencontré chemin faisant. Nous leur avons encore demandé s’ils ne reconnaissaient pas le dit bâton, ils nous ont dit que non. Nous leur avons aussi demandé comment s’appelait l’enfant qui avait été trouvé sur la place St Etienne lors de cet événement, ils nous ont répondu qu’il s’appelait Pierre Dupuy, de Graviès dépendant de cette commune travaillant en qualité d’apprentis chez Massot aîné serrurier de cette ville. Nous l’avons de suite mandé venir, étant arrivé il a répondu aux diverses demandes que nous lui avons faîtes, qu’il se trouvait sur la place St Etienne a attendre un de ses camarades lorsque Mr le curé se plaignit qu’on lui avait lancé le bâton, qu’il avait vu trois personnes venant du côté de Beauregard, que l’une d’elles s’était arrêté à la fontaine, et que les deux autres s’étaient avancées jusqu’au platane et que de là l’une d’elles avait jeté le bâton et s’étaient tous enfuis à toutes jambes quand ils avaient entendu qu’on se plaignait. Nous lui avons encore demandé s’il n’avait reconnu aucun des dits individus et nous a répondu que non. Voyant que nos démarches sont inutiles pour découvrir les auteurs du délit dont se plaint le dit Mr Roqueplane, nous avons dressé le présent procès verbal pour, au cas on vienne à bout d’en découvrir les auteurs, ils soient poursuivis par devant les tribunaux compétents, et plus avant n’ayant été procédés, nous nous sommes signé avec notre greffier.

13 décembre 2016

Nuit agitée pour la Garde Nationale d’Anduze !…


Avec la révolution des 27, 28 et 29 juillet 1830 (les « Trois glorieuses ») où Charles X fut contraint de laisser le trône à son cousin le duc d’Orléans Louis Philippe, le nouveau pouvoir rétablira la Garde Nationale à travers tout le pays. Anduze, chef lieu de canton, abrita la cinquième compagnie commandée par le capitaine Bony.
Ce petit préambule pour vous situer le contexte général du document inédit que je vous propose de découvrir. Il fait parti des nombreux « vieux papiers » poussiéreux que j’ai trouvés au milieu du désordre des cartons de livres réformés de la bibliothèque. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer quelques-uns d’entre eux lors de précédents billets et je vous en soumettrai encore d’autres assez étonnants…
Tous ces différents témoignages anciens de la vie quotidienne d’Anduze qui méritent de gagner nos archives municipales, souvent amusants et émouvants avec le recul des années, peuvent être aussi particulièrement violents. Mais ces derniers, comme celui d’aujourd’hui, participent également à leur façon d’une meilleure connaissance de notre histoire locale accompagnée bien sûr depuis toujours de son cortège de délinquances et de brutalités inhérent à nos sociétés, quels qu’en furent et quels qu’en soient leurs modèles…


Garde Nationale d’Anduze
Rapport du sergent de garde du poste établi au quartier des Casernes
du 1er octobre mille huit cent trente

Hier soir à onze heure de la nuit le nommé Claude Firmin Chaudesaigues, chaudronnier et propriétaire foncier demeurant à Anduze, s’est introduit sans motif dans le corps de garde. Le sergent soussigné l’a invité à se retirer, ce qu’il a refusé de faire, disant qu’il souhaitait coucher au corps de garde. Cette autorisation lui a été accordé, sous condition qu’il serait tranquille. Mais au lieu de cela et lors d’une courte absence du sergent, il a voulu plaisanter avec le sieur Jean-Jacques Cornier, caporal de service, en faisant des gestes avec la main comme voulant tirer des armes. Cela étant ainsi Chaudesaigues a frappé méchantement le caporal Cornier et le renversa sur le lit de camps. En même temps d’une main il le saisi au bras et lui a donné deux coups de poing. Ce qui a obligé le caporal à crier au secours. Alors la garde entière voyant la fureur avec laquelle allait Chaudesaigues, le saisi et l’a enfermé dans la prison. La résistante colère qu’opposait Chaudesaigues a causé plusieurs blessures au sergent du poste à la main gauche et sans le prompt secours apporté au caporal, la force et la brutalité de l’assaillant aurait pu compromettre sa vie. Pendant toute la nuit Chaudesaigues n’a pas cessé de murmurer d’égorger les gens de garde lorsqu’il aurait sa liberté.
En foi de quoi le rapport a été fait pour être transmis à qui de droit.
A Anduze le premier octobre 1830


Suivent les signatures du sergent et du caporal, et celle du capitaine précédée de « Le capitaine de la 5ème Compagnie de la Garde Nationale d’Anduze, soussigné, certifie que les signatures ci-dessus sont sincères et véritables. Anduze le 1er octobre 1830 »

2 décembre 2016

Quelques nouvelles de la « tour ronde »…

Les travaux de la tour de l’Horloge sont entrés maintenant dans une phase de finitions pour l’ensemble des corps de métiers, mis à part le menuisier qui se fait attendre pour la réalisation du plancher à installer sur l’armature en fer forgé de l’estrade située sur la terrasse. C’est grâce à un puissant élévateur que dernièrement le lanternon a été hissé par l’extérieur jusqu’à celle-ci. Il vient coiffer l’arrivée de l’escalier hélicoïdal. Cela ajoute un charme certain à l’édifice et permet aussi d’assurer une parfaite étanchéité du troisième étage en cas de mauvais temps.

Des fenêtres ont été posées sur les deux petites baies, ainsi que des plaques discrètes et amovibles de Plexiglas en retrait des différentes ouvertures des canonnières et de l’archère. Une pose non hermétique pour laisser une circulation d’air, mais suffisante pour interdire définitivement l’entrée du monument aux pigeons !…

Toutes les trémies qui naguère laissaient passer les deux contrepoids de l’horloge étage par étage sont maintenant équipées d’une épaisse dalle de verre sur laquelle on peut marcher sans crainte (un peu plus de trois centimètres d’épaisseur). Cette modification, tout en permettant de conserver la trace ancienne de la fonction de la tour, agrandit considérablement l’espace des niveaux concernés.

L’installation électrique touche aussi à sa fin avec les différents éclairages et prises prévus de bas en haut de l’édifice, qu’ils soient au sol ou au plafond selon leurs destinations. Une nouvelle armoire réunissant les coffrets de commandes, avec notamment celui de l’horloge, a été aménagée au rez-de-chaussée : si les grands cadrans sont déjà à l’heure depuis quelques semaines, notre valeureuse gardienne du temps devrait
bientôt retrouver son moyen d'expression sonore avec le prochain raccordement de la cloche !…

22 novembre 2016

François-Félix de La Farelle et les seigneurs d’Anduze… 3

Voici le troisième et dernier volet de cet article concernant le destin funeste de la première et grande maison féodale d’Anduze, certes victime de sa loyauté envers son suzerain, mais aussi sans aucun doute de la jalousie au plus haut niveau de la couronne… Un texte dont le style s’inscrit bien dans son époque avec notamment en guise de conclusion une envolée lyrique caractéristique de ce milieu du dix-neuvième siècle !

 


« Au bruit de sa marche, presque toutes les villes, presque tous les châteaux, presque tous les barons de nos contrées se hâtèrent de lui envoyer ou apporter leur soumission. Bermond de Sauve lui-même, qui avait alors succédé à Bernard VII d’Anduze, son grand-père, se rendit à sa cour, et lui prêta hommage lige en 1226, pour tous ses châteaux et domaines. Après une lutte désespérée de deux ou trois ans, le comte de Toulouse, découragé, consentit à son tour à faire la paix et à subir les conditions du vainqueur ; mais Louis VIII, étant venu à mourir sur ces entrefaites, le traité ne fut signé qu’à Paris, en 1229, avec Blanche de Castille, sa veuve, reine régente du royaume et tutrice du jeune Louis IX, son fils. Raymond VII, renouvelant alors la fameuse humiliation de son père au concile de St Gilles, se présenta le jeudi saint, devant le grand portail de Notre-Dame, pour y faire amende honorable. « Ce fut un spectacle bien digne de compassion, dit un auteur contemporain, de voir un si grand homme qui avait résisté à tant de nations, être conduit à l’autel en chemise, en haut de chausse (in braccis) et nu-pieds. » Les coups de verge lui furent seuls épargnés par le légat, ce que l’on doit considérer comme un véritable progrès ; mais ce qu’on ne lui épargna point au contraire, ce fut la spoliation de la majeure partie de ses états. Il en fut dépouillé soit au profit de la couronne de France, soit en faveur du saint Siège, à l’égard du marquisat de Provence et de ses autres possessions au delà du Rhône.
 
« Raymond conserva seulement la ville de Toulouse avec son territoire épiscopal et quelques autres terres de médiocre importance ; encore même fallut-il remettre Jeanne, sa fille unique, à peine âgée de huit ans, entre les mains de la reine régente, pour être plus tard mariée à celui des frères de saint Louis que désignerait ce monarque. A cette condition, elle devait hériter de la ville de Toulouse et des autres domaines laissés à son père : mais le tout devait, après elle et à défaut de postérité, faire aussi retour à la couronne de France.
 
« Nous n’avons sans doute pas besoin de signaler la portée de cette dernière clause qui excluait la maison d’Anduze, ou pour mieux dire Bermond VII, de ses droits éventuels à la succession de Raymond VI, son aïeul. On ne voit pas néanmoins que Bermond ait alors protesté contre cette spoliation future ; peut-être ne l’osa-t-il pas en présence du monarque français victorieux ; peut-être n’y apporta-t-il qu’un médiocre intérêt, supposant ou que Jeanne aurait des enfants, ou que Raymond se procréerait d’autres héritiers ; mais ni l’une ni l’autre de ces hypothèses ne se réalisèrent, quoique la jeune princesse de Toulouse eût été mariée, même avant d’être nubile, au prince français Alphonse.
 
« Quatorze années après le traité de Paris, c’est-à-dire en 1242, les circonstances parurent favorables au comte Raymond pour essayer de rompre, avec le tranchant de son épée, ce traité si fatal à sa gloire, à son ambition et à l’avenir de sa race. Le roi d’Arragon, les comtes de Provence, de Foix, de la Marche, et de Comminge, se montraient disposés à le seconder. Le roi d ‘Angleterre, son oncle, promettait de faire une utile diversion du côté de la Guyenne, et avait déjà débarqué à Bordeaux avec une armée. Presque tous les seigneurs et barons de l’ancienne mouvance du comte, semblaient las de supporter le joug des Français, dont les habitudes, la rudesse et la hauteur les fatiguaient et blessaient singulièrement. Les peuples eux-même regrettaient leur ancienne indépendance de toute domination étrangère, et le gouvernement d’un prince, leur compatriote, dont les ancêtres régnaient sur eux depuis quatre siècles.
 
« Une ligue formidable se forma donc, en deçà de la Loire, contre la royauté française. Avons-nous besoin de dire que Bermond ne fut ni le dernier, ni le moins ardent à s’y jeter. On peut hardiment conjecturer qu’il en fut même un des principaux moteurs. C’est que, pour lui, il ne s’agissait pas seulement de satisfaire des antipathies nationales et de se soustraire à un joug odieux ; du succès pouvait sortir, au profit de sa famille, l’éventualité d’une brillante couronne, éventualité qui se fût même réalisée, car Alphonse et Jeanne de Toulouse moururent plus tard sans enfants, ainsi que nous l’avons énoncé tout à l’heure. Mais la fortune, ou plutôt la Providence, en avait décidé autrement : la prise d’armes du comte de Toulouse échoua rudement et rapidement. Le roi d’Angleterre fut battu par les troupes de saint Louis ; le comte de la Marche se détacha de la ligue ; le comte de Foix et les autres princes confédérés se soumirent. Raymond lui-même n’eut d’autre parti à prendre que de se mettre à la merci de son suzerain. Il obtint son pardon, rendit tous les châteaux et bourgs dont il s’était emparé, s’engagea à raser les fortifications de Toulouse, et se vit seulement condamné à se renfermer dans l’observation plus stricte, plus rigoureuse que jamais, du traité de Paris.
 
« Restait l’infortuné Pierre Bermond, qui avait maintenant à supporter seul tout le poids du courroux du monarque français. Aussi fut-il plus maltraité que tous les autres ; et l’on peut le considérer comme la victime sacrifiée à la vengeance, ou mieux encore, aux craintes intéressées du vainqueur. Toutes ses terres et seigneuries furent confisquées et réunies à la couronne, moyennant une pension héréditaire de 600 écus, qui lui fut octroyée, et la cession de la baronnie d’Hierle, dont il ne put même jamais obtenir la remise, malgré ses réclamations réitérées. Défense expresse lui fut faite de jamais remettre les pieds dans les cités et châteaux d’Anduze, Sauve, Sommières, Alais, etc. Ainsi s’éteignit dans nos contrées la domination de la maison seigneuriale d’Anduze. – Tandis que la branche des Raymond Pelet conservait seule sa portion de la seigneurie d’Alais en commun avec le roi de France, la descendance directe de Bermond VII se dispersa dans les provinces voisines, où nous la voyons apparaître de temps à autre portant toujours le nom d’Anduze, mais sans autre rapport que ce nom avec la cité qui le leur avait donné. En 1259, par exemple, sept ans après la mort de Bermond, Guillaume d’Anduze, son fils, et Philippine, sa fille, vicomtesse de Narbonne, font donation à Aymeri de Narbonne, leur neveu et fils, du comté de Tripoli, en Syrie, ou, pour parler plus exactement des prétentions que les comtes de Toulouse avaient eues sur ce comté ; ils font cette donation comme héritiers de Raymond VI, leur bisaïeul, et de Constance de Toulouse, leur grand-mère, tant il est vrai que le traité de 1229 avait seul ravi à la maison d’Anduze son droit héréditaire à la succession des comtes de Toulouse. Ce vain titre de comte de Tripoli fut donc le seul débris que cette maison sauva du grand naufrage de 1242 et 1243.– Que, si la ligue de la grande féodalité méridionale contre la couronne de France avait, au contraire, réussi, Anduze aurait eu, selon toute apparence, l’honneur de donner une dynastie royale à ce que l’on pourrait fort bien appeler le royaume de la Languedoc.

« Mais faut-il regretter qu’un tel événement ne se soit point réalisé ? Non, sans doute, car sa réalisation allait à l’encontre des hautes destinées historiques, réservées à notre glorieuse patrie. Il fallait, pour l’entier accomplissement de ces destinées, que le comté de Toulouse, comme les duchés de Normandie, de Bretagne, de Bourgogne, comme la Franche-Comté, la Provence et le Dauphiné, perdissent tour à tour leur rang d’états souverains, et devinssent les simples provinces de la monarchie la plus homogène, la plus compacte peut-être qui ait jamais existé. Oui, les choses devaient ainsi se passer, pour que toutes ces nationalités distinctes, languedocienne, normande, bretonne, bourguignonne, comtoise, provençale, dauphinoise, etc., fussent un jour, au beau soleil du 19.me siècle, fondues en une seule et immense nationalité, la grande nationalité française. »

9 novembre 2016

François-Félix de La Farelle et les seigneurs d'Anduze… 2


« Cette mémorable alliance de la maison d’Anduze avec la maison souveraine de Toulouse, s’effectua dans un moment où cette dernière avait grand besoin de se ménager l’appui de ses principaux vassaux ; car elle allait se trouver en bute à une ligue formidable, dont le prétexte était la prétendue complicité du comte Raymond VI avec l’hérésie ou révolte religieuse des Albigeois, et la véritable cause, la jalousie que sa trop grande puissance inspirait à tous les potentats ses voisins. Raymond VI, en voyant s’approcher l’armée des croisés, qui, sous les ordres de l’impitoyable Simon de Montfort, venait fondre sur ses sujets accusés d’hérésie, prévit bien que l’orage ne tarderait pas à éclater sur sa propre tête. Il jugea donc indispensable de se réconcilier au plus vite avec le saint Siège, et se rendit au concile de St-Gilles, pour y obtenir la levée de l’excommunication fulminée contre lui. Il y reçut, en effet, son absolution ; mais à quel prix ? au prix de l’humiliation la plus profonde qu’un prince souverain ait jamais eue à subir. M.e Milon, notaire et légat du pape, après avoir exigé son serment d’obéissance au chef de l’Eglise, lui fit passer une étole au cou, et, la prenant par les deux bouts, il l’introduisit dans l’église en le fouettant avec une poignée de verges(1) (Histoire du Languedoc). Bermond, son gendre, eut la douleur d’assister à cette humiliante cérémonie, ainsi que Bernard VII d’Anduze, et douze autres grands vassaux de l’infortuné comte Toulousain.
 
« Celui-ci n’obtint même pas, pour prix de cette inconcevable faiblesse, d’être plus épargné que ses malheureux sujets, menacés par la croisade, et, en moins de trois ans, Simon de Montfort l’avait dépouillé de la presque totalité de ses états. Il parait que Bermond, peu jaloux de se faire envelopper dans la disgrâce de son beau-père, non-seulement ne fit pas de grands efforts pour le défendre, mais joignit ses bandes cévenoles aux croisés qui assiégèrent et prirent Béziers. IL ne tarda même pas à séparer plus nettement sa cause de celle de son beau-père et de son neveu le jeune comte Raymond VII. Instruit que le roi d’Aragon, à la prière du vieux comte découragé, intercédait auprès du saint Siège en faveur de ces deux princes, il envoya, de son côté, un ambassadeur à Rome, pour y réclamer l’investiture et la mise en possession de l’entier héritage de Raymond VI. Selon lui, cet héritage revenait de droit à son épouse Constance, seul enfant légitime dudit Raymond, son fils étant, au contraire, illégitime comme issu d’une femme épousée par son père du vivant de Béatrix, sa première compagne. Voici, du reste, la partie la plus importante de sa lettre, telle que don Vaissette nous l’a conservée.
« Moi et mes ancêtres étant spécialement vassaux de l’Eglise romaine, de laquelle nous tenons une partie de nos domaines sous un certain cens, et lui ayant été obéissants et dévoués, je ne doute pas que votre Sainteté ne me réserve tous mes droits. J’ai épousé une fille du comte de Toulouse, laquelle est le seul enfant légitime qu’il ait ; ainsi les domaines de ce prince m’appartiennent à plus juste titre qu’à tout autre. Je prie donc votre Sainteté de ne pas instituer héritier Raymond, fils du comte de Toulouse, supposé qu’il vous en prie, ou quelque autre pour lui, et de ne pas le regarder comme légitime, parce qu’il ne l’est pas, étant né d’une femme (Jeanne d’Angleterre) qui était parente de son père au troisième degré, et que ce comte a épousée durant la vie de la mère de mon épouse, sa femme légitime. Si le jeune comte de Toulouse était institué héritier, non-seulement notre droit serait anéanti, mais tous les soins que les croisés se sont donnés pour rétablir la foi dans la province de Narbonne, deviendraient inutiles. » Pierre Bermond termine sa missive en promettant de se soumettre tout ce qu’ordonnera le pape, et se déclare son chevalier. Mais le pape avait des engagements trop positifs avec Simon de Montfort, pour faire droit à cette requête, qui est de 1212.
 
« Bermond VI eut pour successeur, même avant la mort de son père Bernard VII d’Anduze, arrivée en 1222, un autre Pierre Bermond, septième du nom, son fils aîné.(1) (M. Paulet, et à sa suite tous les historiens qui ont écrit spécialement sur les annales anduziennes, ont confondu ce Bermond VII, petit-fils de Raymond, avec Bermond VI, son père, époux de Constance, ce qui a occasionné, de leur part, d’étranges bévues. Paulet fait pis encore, il confond Raymond VI lui-même avec Raymond VII, qu’il fait fouetter à St-Gilles, en 1229 au lieu de 1209, à la place du comte son père. Ces deux méprises avaient jeté le désordre le plus complet dans cette partie de son histoire, que nous avons tâché d’élucider.)
 
« Peu après, en 1218, la mort de Simon de Montfort, tué au siège de Toulouse, vint ranimer le courage et rétablir les affaires de son aïeul, le vieux comte de Toulouse ; mais celui-ci, avant de se remettre en campagne, voulut se réconcilier avec la puissante maison d’Anduze, et conclut, à Perpignan, un véritable traité d’alliance avec son petit-fils. Par ce traité, dont le texte latin nous est parvenu, Raymond VI, comte de Toulouse, accorde à Bermond de Sauve, 1.° le château de Laroque-Valsergue, en Rouergue, avec toutes ses dépendances ; 2.° ses droits sur les comtés de Milhau et du Gévaudan, que le roi d’Aragon lui avait engagés moyennant 4,000 marcs d’argent fin ; 3.° la suzeraineté et domination qu’il avait lui-même sur les terres de Raymond Pelet, co-seigneur d’alias et autres lieux ; 4.° enfin, la suzeraineté et domination qu’il avait également sur toutes les possessions, tant de Bernard VIII d’Anduze, seigneur de Portes, oncle de Bermond, que de Vierne de Melgueuil, femme de ce même Bernard. De son côté, Bermond s’engage envers son aïeul à le servir et soutenir envers et contre tous, excepté contre le pape et le roi de France, à moins qu’ils ne refusassent de lui faire justice.
 
« Le seigneur de Sauve renonça, sans doute aussi, implicitement du moins, aux prétentions élevées par son père et sa mère, sur les autres états du comte de Toulouse ; car, à la mort de ce dernier, arrivée en 1222, Raymond VII, son fils, s’en mit tranquillement en possession, sans que son cousin germain, Bermond VII, essayât d’y mettre aucun obstacle. Le nouveau comte ne jouit pas long-temps en paix de l’héritage de ses aïeux, que son père lui avait légué après l’avoir reconquis, pendant les quatre dernières années de sa vie, sur Amaury de Montfort, fils et successeur de Simon. Un plus redoutable et plus puissant adversaire ne tarda pas, en effet, à venir le lui disputer. Les rois de France n’avaient point oublié que deux de leurs plus illustres prédécesseurs, Clovis et Charles Martel, avaient autrefois conquis et gouverné nos belles provinces méridionales. Le jeune Louis VIII, fils de Philippe-Auguste, n’ayant pas, comme son père, à lutter contre les Anglais, résolut de joindre ce nouvel et beau fleuron à la couronne de ses pères. Après s’être fait céder les droits d’Amaury de Montfort, et avoir obtenu, pour ses projets de conquêtes, la consécration du pape, il prit la croix avec un nombre infini de seigneurs français, ses vassaux, et s’achemina vers les états de Raymond à la tête d’une puissante armée. »

A suivre

29 octobre 2016

François-Félix de La Farelle et les seigneurs d’Anduze… 1

Portant le nom de l’une des familles nobles les plus influentes d’Anduze pendant plusieurs siècles, François-Félix de La Farelle fut aussi le dernier représentant mâle de la branche anduzienne qui s’éteignit avec lui en 1872. Un patronyme oublié aujourd’hui mais dont la notoriété de certains de ses possesseurs et l’ensemble des différentes lignées apparentées firent l’objet d’une étude historique et généalogique de la part du célèbre archiviste et chercheur Prosper Falgairolle en 1896. Une belle référence.
Mon intérêt pour les de La Farelle anduziens, et en particulier de François-Félix, vint il y a déjà quelque temps avec l’acquisition d’un ouvrage sur les travaux de l’académie royale du Gard daté de 1842 où je le découvrais signataire d’un long article sur les seigneurs d’Anduze au XIII ème siècle… Reçu membre de cette institution en 1839, cette personnalité brillante aux multiples facettes – avocat, homme politique (il fut député), économiste, écrivain, philosophe – s’intéressa donc au passé moyenâgeux de sa ville natale, n’hésitant pas d’ailleurs à épingler le manque de rigueur du docteur Paulet et son histoire de la ville d'Anduze concernant la période évoquée !
En dehors du fait que le récit de cet auteur est je crois peu connu, il apporte, même si les grandes lignes historiques sont immuables d’un historien à l’autre, une version intéressante des événements qui menèrent à la chute de la première maison seigneuriale d’Anduze.
En voici le texte original
sans corrections qui prendra plusieurs billets ; j'ai simplement placé les rares renvois dans le récit même et dans une couleur différente, notamment celui concernant Paulet.

 


« Il est pour les cités les plus modestes, comme pour les nations les plus puissantes, de certaines périodes de gloire et de splendeur historiques, qui dominent tout le cours de leur existence : ce sont comme les points lumineux dont s’éclaire tout leur passé, ou, si on l’aime mieux, ce sont les sources fécondes de vivaces souvenirs, qui viennent encore, après de longs siècles écoulés, faire battre d’un doux orgueil le cœur du citadin paisible, et ranimer son patriotisme municipal.

« Anduze, ville de six mille âmes environ, assise aux pieds des dernières croupes des Cévennes, et à l’entrée des fertiles plaines du Bas-Languedoc, n’est pas moins riche en traditions de cette nature, que bien d’autres cités, ses heureuses rivales de population et d’importance. Sans remémorer ici son antique origine perdue dans la nuit des temps, et sa rénovation à titre de colonie romaine, nous pourrions retracer le rôle brillant qu’elle a joué à deux reprises différentes ; d’abord sous Louis XIII, dans la guerre civile et religieuse de l’amiral de Rohan contre Richelieu ; puis sous le grand roi, dans la fameuse lutte du garçon boulanger Cavalier, contre l’immortel vainqueur de Denain. Mais ce sont là des souvenirs encore frais et vivants, que tout bon Cévenol de la Gardonnenque(1) (Gardonnenque, vallée du Gardon) conserve et considère un peu comme des titres de noblesse personnelle. Nous croyons devoir, par conséquent, donner la préférence à une autre période des annales anduziennes non moins brillante, quoique bien peu connue de nos jours. C’est la période signalée dans notre histoire générale par la célèbre croisade contre les Albigeois, et l’incorporation définitive du comté de Toulouse au royaume de France ; grands événements nationaux, qui eurent pour conséquence d’éteindre dans nos contrées la domination de la première maison seigneuriale d’Anduze, celle des Bernard et des Bermond Pelet.

« Cette domination remontait jusques au commencement du X.me siècle, c’est à dire, jusques à l’origine même de la forme féodale. Elle avait pris, dans le cours du XII.me, une haute importance provinciale, et faillit en obtenir une tout à fait nationale dans la première moitié du XIII.me ; c’est ce que nous allons essayer de rétablir et de raconter ici.

« Par ses diverses branches, la famille d’Anduze dominait sur la ville dont elle portait principalement le nom, sur celles d’Alais, de Sauve, de Sommières, voire même pendant quelque temps, sur Uzès, Arles et Beaucaire, comme aussi sur une foule de châteaux forts ou bourgs clos, tels que ceux de St-Ambrois, Montalet, Génolhac, Portes, Joyeuse, etc.,etc. Son domaine s’étendait, en un mot, des limites du Gévaudan jusques à celles de la vicomté de Nismes, et des frontières du Rouergue jusques au Rhône. Elle avait contracté des alliances matrimoniales avec les familles féodales les plus haut placées du midi, les familles de Melgueuil, Montpellier, Narbonne, Roquefeuil, et autres ; enfin, elle avait fourni d’illustres prélats au siège archiépiscopal de Narbonne, ainsi qu’aux sièges épiscopaux de Nismes et du Puy.

« Au commencement du XIII.me siècle, point de départ de notre chronique, cette maison avait pour principal représentant Bernard VII d’Anduze, co-seigneur d’Alais, celui-là même dont le sceau nous a été conservé dans les planches de l’Histoire de Languedoc. On l’y voit représenté à cheval sur les deux faces, d’un côté casque en tête, et l’épée à la main, avec cette exergue : sigillum Bernardi de Anduzia ; de l’autre, sonnant du cor, suivi de deux chiens, et avec cette exergue, otium vel gaudium (le mot est effacé) Bernardi de Anduzia : loisir ou délassement de Bernard d’Anduze. Bernard VII prenait, comme la plupart de ses ancêtres, le titre de marquis, marchio ; et c’était, sans contredit, l’un des plus considérables barons de nos provinces méridionales en deçà de la Loire, dites plus tard provinces de la Languedoc. Il n’était cependant lui-même que l’un des grands vassaux de Raimond VI, comte de Toulouse ; mais c’est qu’il faut voir en réalité, dans ce comte, l’un des plus puissants princes souverains de l’époque, puisque, sous les titres divers de duc de Narbonne, de comte de Toulouse et marquis de Provence, il régnait sur la majeure partie de l’ancienne Gaule méridionale.


« Aucun prince en France, pas même le roi, dit le docte historien du Languedoc, ne pouvait lutter avec lui pour l’étendue des domaines » ; et un poète du temps va jusques à prétendre « qu’il tenait en fief de Philippe-Auguste, son cousin germain, autant de villes qu’il y a de jours dans l’année » ; ajoutons qu’il en possédait un grand nombre sous la suzeraineté de l’empereur, celle du roi d’Angleterre, et celle du roi d’Aragon. Ses états étaient d’ailleurs ceux de l’ancienne Gaule romaine, et peut-être même de toute la chrétienté, où fleurissaient au plus haut degré l’agriculture, le commerce, les sciences, les lettres et les arts, toutes les sources, en un mot, de la richesse publique, tous les éléments du progrès civilisateur. Pendant ces derniers siècles, nos compatriotes d’outre-Loire ont, il est vrai, prétendu avoir pris le pas sur nous, au point de vue de ce progrès ; mais il n’en était certes pas de même alors, et nos ancêtres du XIII.me siècle regardaient un peu ces peuples, qui portaient exclusivement le nom de Français, comme des semi-barbares.

« Ceci posé, l’on comprendra quelle devait être l’importance politique de la maison d’Anduze, en voyant Bernard VII marier, en 1208, son fils aîné Bermond de Sauve, sixième du nom, avec Constance, la seule fille légitime de Raymond VI, et la femme en premières noces de Sanche VI dit le Vaillant, roi de Navarre, lequel venait de la répudier sans cause connue. C’était, du reste, un usage assez fréquemment pratiqué par les princes souverains de cette époque, que celui de changer de femmes au gré de leur passion, ou selon les intérêts de leur politique ; Raymond lui-même avait, dans le temps, remplacé Béatrix de Béziers, mère de Constance, d’abord par une princesse de Chypre, puis par Jeanne, fille du roi d’Angleterre, de laquelle il avait eu Raymond VII, son successeur. »

A suivre